Envie de participer ?

Pour vous détendre, Nous vous proposons le dernier épisode connu de la vie d'ISETTA .... (petite chronique magnifiquement écrite par notre ami HUBERT qui a une plume bien sympathique...(la production fut espacée entre 2006 et 2012.)

isetta n°5

Bonne lecture avec la dernière aventure connue d'ISETTA

 

  ---------------------------------------------------------- ISETTA 3ème épisode ------------------18/12/2007 --------------------------------------------------------  

 

Isetta : Coucou ! Ah, je suis contente ! Il y a bien longtemps que je n’avais pas mis la pointe dehors !

Maïté, Jennifer, BerthaFlore et Béate, ensemble, enfin, presque :

Oh Isetta !!! Quelle joie de te revoir. Mais où étais tu donc passée ?

(NDLR : Cher ami(e) lecteur (trice), là, il faut que je vous donne quelques précisions à propos de la grande famille d’Isetta.

Elle partage le carquois avec quelques frangines mais, bien sûr, on retrouve ses copines dans les autres carquois, dont les plus célèbres sont Maïté, Bertha, Béate, Flore et Jennifer. Il y a aussi leurs copains extraordinaires qui les envoient en l’air, plusieurs fois par semaine, je parle bien sûr des arcs : Gédéon, Roland, Casanova, Beet, Lino et Michou pour les plus célèbres !

Et enfin, il y a… vous,. Vous qui êtes en train de lire les merveilleuses aventures d’Isetta. Vous, les gladiateurs du 21ème siècle, les amoureux de la convivialité et du calendrier des pots, les terreurs des concours… Vous, les archers et autres amazones… Mais revenons à nos brebis.)

Isetta : Ah mes amies ! Figurez vous que la dernière fois que j’ai vu une cible, mes deux extrémités s’en souviennent encore…. Pourtant tout semblait se dérouler normalement. 2 ou 3 frangines sont parties avant moi sans soucis. A mon tour, je fus saisie délicatement entre les doigts - chauds et sentant bons le N°5 de Channel - de ma propriétaire actuelle, (Mme Koch, Claire, épouse de Jean Koch). Claire m’a, comme à son habitude, mis le nez à la fenêtre de mon pote Gédéon pour ensuite m’enfiler mon string.

Maïté : Ton string ???

Isetta : Oui, c’est comme ça que j’appelle la corde.

Les filles : hi ! hi ! hi !

Isetta : Riez… et bien c’est à ce moment là, que j’ai senti une douleur au niveau de ma partie la plus intime ! Du côté de mon « bouche trou »

Les filles : ????

Isetta : Oui, ce que les archers appellent « l’encoche » Pas terrible comme nom.

Béate : Comme t’as déjà le string, tu pourrais appeler ça le « tire fesses » ! hi !hi !hi !

Isetta : En forme la Béate ! Bon, une fois bien installée sur mon Gédéon, je sens mon fut doucement glisser contre le doux et juvénile berger. Je dis juvénile parce que j’entends toujours parler de son bouton… Ca doit être de l’acné !

Flore, le regard interrogateur : Et paf, le clic ?

Isetta : Attends la suite ! Là, je sais pas vous mais moi, c’est le moment où je panique ! Je me dis que si Claire n’a pas les phalangettes décontractées, je vais encore grimper sur mon berger et finir dans le plancher ! Enfin, jusque là, ça se passe encore bien !

Les filles : et alors ? et alors ?

Isatta : Zorro n’est pas arrivé ! Claire a gentiment et proprement laissé filer la corde. Comme à chaque fois, ça pousse très fort ! Je ferme les yeux…J’ai l’impression de partir en tête à queue. Je me tords, frémis puis bondis hors de la fenêtre de mon bon Gédéon. En passant, je donne un coup de hanche à mon berger qui m’accompagne dans mon élan… Enfin, je vole….

Bertha : T’as de la chance d’avoir un berger, toi ! Mon copain Lino lui, il n’en a pas !

(NDLR : Cher ami(e) lecteur (trice), là, il faut que je vous donne quelques précisions à propos de nos amis flèches et arcs :

Gédéon, l’arc top, le sportif accompli, tout en finesse, en précision... par contre, très dépensier et intolérant, il change souvent de copine et aime les accessoires à la mode !

Roland, l’arc débutant, plutôt sympa mais un peu timide pour tirer, faut dire qu’il n’a pas non plus les copines de Gédéon !

Cazanova, l’arc à poulie, impressionnant !!! Toujours prêt à tirer, en salle ou en forêt.... fou de vitesse ! Rebelle, il peut même blesser son archer ! J’en ai même vu un qui s’est donné plusieurs coups de poing dans le menton pendant un entraînement !

Beet, le classique, le bon gars, tolérant, formateur. Malgré tout, ce n’est pas pour autant qu’au niveau puissance il soit limité aux petites. Beet, en général, il tire bien son épingle du jeu.

Lino, le campagnard. Un vrai bûcheron canadien pour la puissance, simple long et beau , le roi de l’élégance !

Michou, l’arc nu, il n’aime pas les gadgets. Par contre il aime les risques, à tirer sans viseur il peut très bien tout mettre à côté !

Bertha, flèche de campagne en bois, tête dure. Sort avec Lino et s’éclate avec Cazanova.

Flore, flèche de chasse avec de vrais plumes, ongles acérés, a toujours eu un faible pour Cazanova mais s’autorise quelques sorties avec Lino !

Maïté, corpulente, généreuse, sans complexe... A besoin d’élans généreux pour obéir. Sa préférence va aussi bien à Gédéon qu’à Cazanova ou Lino...

Jennifer, flèche un peu aventurière... Sort surtout avec les débutants. Elle est souvent mal traitée, finissant quelquefois sa course dans les planches, le mur, le plancher, voire le plafond. On la voit souvent avec Roland mais dehors préfère Beet, car Beet, au vent, c’est l’hymne à la joie..

Béate, reine des cordons et du tir en salle. Elle préfère le noir mais on la voit aussi dans d’autres couleurs. A force d’être tirée, elle a tendance à se déformer. Elle adore faire la toupie dans le creux de la main d’un archer !

Et enfin, Isetta, un corps de princesse dans une musculature d’acier... Précise elle s’adapte à tous les terrains, on la préfère à découvert et quand il y a du vent mais elle est aussi bonne à l’intérieur... Elle a un faible pour Gédéon ou Michou, mais bonne fille, elle tire avec tout le monde sans problème !)

Isetta : Sans problème ? il faut le dire vite ! Je peux continuer mon histoire ...... ou Mossieu NDLR va t-il encore m’interrompre ?

NDLR : Non, non ! Tu peux continuer !

Isetta : Bon. Où en étais je ? Ah oui, je vole… J’ouvre les yeux et là je me dis « Alors là, c’est la cata ! »

Jennifer  : Tu t’es prise la paille ?

Isetta : Oh que non ! J’ai vu une cible en bas à droite et une autre en bas à gauche… Et juste devant moi…

Bertha : Le président de la CAE…

Les filles : hi !hi !hi !hi !

Isetta : Riez ! Et bien non, en face, je vois une très belle planche, en sapin, je pense…

Les filles : oh ! la ! la ! dur ! dur ! et alors ?

Isetta : J’ai fermé les yeux, serré l’encoche et vlan ! La planche, je l’ai transpercée, éclatée !

Flore : La Clairette, elle a dû se faire chambrer ! On les connaît les archers, plus moqueurs, tu meurs !

Isetta : Ah, ça c’est sûr ! Elle a eu droit à tout le répertoire… « Eh, Claire, tu ne vois plus clair ? Tu veux qu’on t’éclaire ? » Plus le traditionnel « On en a la gorge sèche d’émotion »

Jennifer : Pauvre Claire, elle a dû en baver pour te retirer de là !

Isetta : Je ne vous dis pas ! Et vas y qu’elle me secoue dans tous les sens… Elle me tire dessus mais je reste coincée. Elle se retourne, colle son dos contre le mur me prend avec ses deux mains au dessus de la tête, tire… rougit….tire… dans l’effort, lâche une sourde flatulence. Applaudissements de la galerie qui apprécie la scène à sa juste valeur… Enfin quelqu’un vient l’aider.

Les filles : Quand même !

Isetta : Ils tirent tous les 2 comme des bêtes et …patatras, tout le monde se retrouve à plat ventre au moment où la planche cède en claquant tel un fouet !

Les filles : hi !hi !hi !hi !

Béate : Tout ça ne nous dit pas pourquoi tu es restée si longtemps absente !

Isetta : J’y viens. Après cet exploit, Claire m’a auscultée sous toutes les coutures. Et bien les filles, tenez vous bien, j’avais l’encoche pétée !

Bertha : L’encoche pétée ? Wouah ! Elle ne voit pas clair, Claire ? hi ! hi ! Si elle avait vérifié son matos avant, ça ne serait pas arrivé ! Tiens moi c’est pareil, l’autre jour, avec Cazanova, j’ai fini dans le mur !

Isetta : Ah oui ? Et ton archer, ce n’est pas un petit normand ?

Bertha : Si ! Yvan, c’est son prénom, est originaire de Dives où il tient une cave à vins. Sur son enseigne on y lit : Yvan DANGETAR Dives.

Les filles : hi !hi !hi !hi

Isetta : Bon, je vous laisse car je dois rejoindre mon nouveau carquois. J’ai quitté Claire pour Cousin Hub

Jennifer : Quelle chance tu as, nous en rêvons toutes !

Isetta, souriant malicieusement : Je sais…

 

bientôt !

Isetta


Commentaires

Connectez-vous pour pouvoir participer aux commentaires.